• Bon appétit

    La sériephile que je suis n'a pas vraiment profité des vacances pour se lancer dans des plannings de visionnage faramineux. Ceci dit j'ai quand même regarder une nouvelle série ...

    Hannibal Lecter. Ce nom ne vous est certainement pas étranger, sérial killer le plus célèbre du cinéma, cannibale réputé, le personnage créé pas Thomas Harris dans sa série de 4 romans ne laisse personne indifférent. Rendu populaire par le célèbre Silence des Agneaux récompensé par plusieurs oscars dont celui du meilleur acteur pour Anthony Hopkins dans le rôle du psychopathe, le personnage avait traumatisé une génération (j’aime particulièrement l’anecdote de mon oncle dentiste qui a dû soigner un cannibale juste après avoir vu le film… au cas où vous n’auriez pas saisi le but d’être dentiste est de mettre les mains dans la bouche du patient et s’il est cannibale on a des chances pour que l’une des mains ne revienne plus jamais). Les amateurs de films gores et trash ont dévoré (sans mauvais jeu de mots) les 5 films (Le sixième sens [moins connu], Le Silence des agneaux, Hannibal, Dragon Rouge, Hannibal : Les Origines du Mal) sortis à ce jour sur Dr. Lecter, mais pour la plupart des critiques s’accordaient à dire que si le Silence des Agneaux était un chef d’œuvre c’était plutôt loin d’être le cas pour les autres. On avait plus entendu parler d’aucun projet sur le grand cannibale jusqu’à ce que NBC annonce la diffusion d’une adaptation du premier roman Dragon Rouge signé Bryan Fuller (Pushing Daisies, Dead Like me) nommée de façon très inspirée « Hannibal » (simple, soft, et efficace : pourquoi se casser la tête à trouver un nom plus original après tout). La série a fait couler beaucoup d’encre sur le grand retour d’Hannibal (je vous défierais presque de me trouver un magazine sur le cinéma et la télévision qui n’évoque pas la série au moins une fois dans les derniers tirages des kiosques à journaux) et ce qui en ressort essentiellement est le casting intéressant et alléchant avec notamment Mads Mikkelsen (Casino Royale, a aussi remporté la palme d’or du meilleur acteur au dernier festival de Cannes avec le film danois La Chasse) dans le rôle éponyme, Hugh Dancy dans la peau de Will Graham, Laurence Fishburne (Les Experts) en Jack Crawford, ou encore le notable retour de Gillian Anderson (X-Files) dans le personnage secondaire du psychiatre Dr. De Maurier.

    Petit rappel du personnage : Dr. Hannibal Lecter est un psychiatre renommé qui a grandit en Lituanie et qui a émigré au Etats-Unis. C’est un homme de goût il aime la musique, la bonne cuisine et est un très bon dessinateur. Il a cependant une certainement fascination pour la violence qui le pousse à s’intéresser à des patients qui peuvent avoir quelques problèmes d’agressivité. Et surtout avec ses bonnes manières et son côté galant personne ne le suspecterait de tuer des gens pour les manger. Hannibal n’est pas un simple serial killer, il n’a pas eu de traumatisme, il ne veut pas assouvir ses besoins de violence, il est seulement curieux et intéressé par cette frontière entre la vie et la mort. Aussi certainement ça l’amuse de jouer avec la vie des autres et tout simplement il aime la viande humaine qui n’a pas de raison d’être plus mauvaise que les autres. Il ne fonctionne donc pas comme les méchants classiques il se rapproche plus, comme dirait Mads Mikkelsen, du Diable ou du mal pur.
    La série raconte comment cet homme inquiétant réussi à se rapprocher des enquêtes du FBI sur les serial killers en prenant pour patient l’agent spécial Will Graham, spécialiste en criminologie qui a pour faculté étrange de rentrer dans la tête des serial killers et de se mettre à leur place pendant le meurtre. Une empathie d’exception envers les psychopathes qui intéresse Hannibal, à laquelle il s’identifie et qui lui permet de se lier d’amitié avec ce dernier. Mais surtout avoir un agent spécial du FBI comme patient lui permet d’avoir un certaines informations et de pouvoir les détournés de ses meurtres et de se couvrir.Introduction légèrement laborieuse et riche en information passons maintenant à mon analyse tant attendue. Premièrement tout le monde attendait au tournant la série pour reprendre le personnage mythique, Mads Mikkelsen pour succéder au brillant Anthony Hopkins blablabla. Seulement voilà j’ai fait les choses à l’envers. L’histoire d’Hannibal ne m’avait jamais attirée. Je me rappelle d’avoir vu qu’ils allaient le tirer en série et d’avoir pensé « voilà quelque chose que je ne regarderais pas » parce que soyons franc l’idée d’un serial killer cannibale en ferait fuir plus d’un. Qu’est-ce qu’il s’est passé entre temps pour me faire changer d’avis ? Une fois n’est pas coutume j’ai été victime d’un fandom sympathique qui s’est trop bien installé sur Tumblr trop vite. Tumblr est une plateforme sur laquelle on peut voir une image des films/séries bien différente que celle qu’on nous vend, une image plus vraie et plus décalée : c’est pour ça que j’aime faire mon marché là-bas. Tout le monde en parlait, tout le monde adorait, alors j’ai décidé de voir au moins le premier épisode et … j’ai avalé la saison en 3 jours. Je n’avais aucun recul sur l’histoire ou le personnage puisque la série fut mon premier pas dans la saga Hannibal. Ce n’est qu’après que j’ai regardé les films (à ce jour je n’ai vu le Silence des Agneaux et Hannibal) et c’est pour ça qu’aujourd’hui je peux faire une comparaison.

     Mon cadavre préféré (oui j'ai un cadavre préféré oui c'est bizarre et non je ne suis pas encore une psychopathe) 


    La série a eu l’intelligence de présenter tout sous un angle bien différent que ceux des films ce qui mécontente certains fans de la première heure. Déjà d’un point de vu chronologique dans l’histoire on en est à un point où le personnage est au summum de sa forme, en liberté et personne ne le soupçonne alors que dans les films (les plus célèbres du moins) tout le monde sait que c’est un psychopathe. Ses actions vont donc être différentes, ses buts vont être différents… De plus la série choisi de montrer un côté plus humain à Hannibal pendant que les films se concentrent sur son côté monstrueux. C’est là où on voit la différence entre le Hannibal d’Hopkins qu’on a plus envie de fuir qu’autre chose et le Hannibal de Mads (ouais parce que je l’appelle par son prénom, effet secondaire du fangirlisme) qu’on a plus envie de comprendre. L’interprétation du personnage éponyme est bien différente (et heureusement sinon à quoi ça servirait) et c’est ce que les fans de la première heure pourraient détester (parce que c’est ce qu’il se passe toujours dans ce genre de situation où on fait un remake les fans n’accepteront jamais rien d’autre que l’original et c’est triste).

    La série tout entière a un angle et un but différent. Si les films aiment plus profiter du personnage pour montrer des trucs gores, la série préfère s’intéresser à ses manipulations. Ce qui est brillant avec la série est qu’elle ne cherche pas à nous faire avoir peur d’Hannibal, au contraire elle veut étoffer notre sympathie pour lui. Ainsi on voit très peu le cannibale à l’action. On nous fait comprendre dès le début ce qu’il est mais on préfère nous le montrer en train de cuisiner des petits plats magnifiques avec des morceaux de ses victimes (et croyez-moi vous en mangerez bien un bout) que de nous montrer l’extraction dégoutante des organes par exemple. De plus si dans les films Hannibal adore être dégueu et sortir les boyaux de ses victimes, la série respecte scrupuleusement son caractère raffiné en le faisant tuer ses victimes proprement afin de ne pas abîmer la viande (vous avouerez que c’est plus réaliste et fidèle au personnage). Ce n’est pas pour autant que la série vous épargnera en cadavres dégueulasses et sanglants mais ils ne sont pas fait pas Hannibal mais par d’autres sérial killer. Et croyez-moi vous oublierez très vite le cannibalisme lorsque vous verrez des psychopathes dépecer le dos de leur victime pour faire des ailes d’anges avec leur peau. Tout cela contribue grandement à nous faire relativiser sur les crimes du Dr. Lecter.  
    Enfin la série développe la contradiction du personnage entre sa monstruosité et son côté sentimentale. On le voit développer des relations intéressantes et touchantes avec Will Graham par exemple avec qui il se lie d’amitié ou avec la jeune Abigail pour qui il devient une sorte de père de substitution. On est très vite attendrie par cette facette de sa personnalité. On en vient même à penser que oui il mange des gens mais qu’il se fait pardonner en les cuisinant merveilleusement à ses amis (non sérieusement il cuisine pour tout le monde c’est adorable). Ce n’est qu’en milieu de saison qu’on commence à nous rappeler qu’il est quand même un psychopathe. On nous achève à la fin de la saison où on nous montre cette facette inquiétante de sa personnalité. Seulement c’est trop tard on a déjà trop sympathisé avec lui pour le haïr et le craindre. C’est là où j’applaudis les scénaristes parce que je suis extrêmement bien tombée dans leur piège.



    L’ambiance de la série et la façon dont est comptée l’histoire est ce qui m’a le plus plu au premier abord. Encore une fois si vous vous attendiez à une succession simple d’enquêtes sur des serials killers façon Esprits Criminels combiné à des scènes de cannibalisme dégoûtantes vous êtes loin du compte. L’ambiance est lente et glauque. La musique est dérangeante et est souvent présente ce qui crée une ambiance légèrement lourde (qu’on pourrait comparer à certains film d’horreur). L’état mental de Will en est pour beaucoup : il devient fou et a des hallucinations assez sombres. On ne nous montre que très peu de scène d’action on nous montre surtout des dialogues. On ne nous dit pas tout clairement dès le début beaucoup de choses sont ambigües et implicites : on doit essayer de cerner nous même à partir de ce qu’on voit tel ou tel personnage. On réfléchit pas mal en fait. Il y a certaines choses qu’on ne comprend qu’en fin de saison. Il est assez difficile de prévoir par exemple ce qu’Hannibal cherche à faire en faisant tel ou telle chose ce qui fait qu’on va de surprise en surprise. Combien de fois me suis-je demandé « Qu’est-ce que qu’il cherche à faire exactement en faisant ça ? » et on a la réponse ou même qu’une partie de la réponse qu’à la fin de la saison. C’est ça qui m’a absorbée. Je trouve l’ambiance fascinante, lourde et glauque mais bien supportable (et vous parlez à quelqu’un de très sensible sur les ambiances des films/séries).

    Il faut aussi que je souligne le fait que les images de cette série sont magnifiques. L’esthétique est très soigné à un tel point que les cadavres des serials killer, même horribles et dégueulasses, sont beau et bien présenté : de vrais œuvres d’art. Les hallucinations de Will sont aussi superbement glauques. Les lumières sont étudiées, les plans sont étudiés et ça se sent. Ca contribue à l’image du personnage : c’est horrible, glauque mais raffiné. Ca sert l’ambiance plutôt lente (je veux bien passer 10 minutes sur une image pour l’étudier si le dialogue est trop long ça ne me dérange absolument pas). C’est d’ailleurs cet aspect souligné par plusieurs posts Tumblr qui m’a donné le dernier coup de pouce pour aller voir à quoi ça ressemblait.

    Oh personnages complexes avec de la profondeur et une psychologie étudiée amen. Et pas seulement Hannibal. Si dans les films tous les autres personnages sont éclipsés par le psychopathe ce n’est pas le cas. Will Graham le premier : expert fragile qui sombre doucement dans la folie sous les griffes d’Hannibal reste le personnage principal. C’est pour lui et ses chiens (dédicace spécial à Winston) que notre sympathie va. On pourra évoquer Jack Crawford avec ses problèmes de couple et ses craintes par rapport à la sécurité de ses agents. La jeune Abigail, fille d’un autre tueur en série cannibale, qui a plus ou moins participé aux meurtres de son père et qui a beaucoup de mal à se remettre après la mort de sa famille. La relation qu’Abigail entretient avec Will et Hannibal est d’ailleurs très touchante et fascinante. On peut aussi saluer les scénaristes pour avoir créé des personnages féminins indépendants et complexes (Alana Bloom autre psychiatre, Freddie Lounds journaliste personnage masculin dans le livre que les scénaristes ont décidé de féminisé…) sans suivre aucun stéréotype ou sans les sexualiser se tenant uniquement à leur place dans l’histoire. Un bel éventail de personnage à découvrir.

    On nous vend la belle palette d’acteurs et on fait bien parce que c’est aussi une force de la série. Les jeux sont subtils et précis. Je pense qu’il n’est plus vraiment la peine de préciser que Mads Mikkelsen est un très bon acteur mais sa performance était la plus attendue au tournant et l’acteur danois propose une interprétation loin d’Anthony Hopkins et sait très bien faire ressortir la bonne facette du personnage quand il faut. La bonne surprise du lot est Hugh Dancy, moins connu, parfait en Will Graham. J’aimerais aussi mentionner la jeune Kacey Rohl qui joue Abigail parce que je me rappelle l’avoir vu dans un épisode de Supernatural  (épisode 17 saison 7, un épisode que j’ai beaucoup aimé d’ailleurs) où elle jouait un rôle étrangement similaire. Je la trouve adorable et touchante et je pense que je la garderai à l’œil.

    Après avoir vu Hannibal vous vous sentez bizarrement d’humeur à tuer des gens d’une façon originale. Aussi j’ai remarqué que j’avais souvent faim après un épisode (faute à tous ces plats alléchants que nous concocte Hannibal). L’aspect le plus jouissif est certainement faire peur aux autres avec des blagues sur le cannibalisme. Pour un show qui se revendique sérieux le fandom s’amuse bien à le tourner en dérision. L’incontournable arriva le couple gay imaginaire entre Hannibal et Will est devenu très populaire en très peu de temps. Il fait bon vivre dans le fandom il est même arrivé dans les 5 fandoms les plus emblématiques de Tumblr. Oui je ressens le besoin de vous parler de l’ambiance du fandom parce que personne ne veut être avec des collègues aussi chiants que des Directionners.

              

    Pour résumer la série propose un œil neuf sur le grand mythe d’Hannibal. Une version plus glauque qui montre plus toutes les facettes du personnage que dans les films. Les acteurs et les scénaristes sont brillants, l’ambiance fascinante, l’esthétique irréprochable. La série a de quoi séduire mais le public susceptible de s’y intéresser reste réduit entre ceux qui la trouve trop sanglante, d’autre pas assez trash, ceux qui regrette les films, ceux qui sont tout simplement dérangés par l’idée de cannibalisme. Réticente au début (le cannibalisme c’est le mal beurk cannibalisme pas bien) j’ai personnellement été agréablement surprise. Je me suis attachée aux personnages beaucoup plus que ce à quoi je m’attendais. J’adore l’esthétisme et je me suis complètement laissé allée au jeu des scénaristes. Je dirais même qu’elle s’est hissée dans mes séries favorites et qu’elle a des chances d’y rester si elle continue comme ça. Je la recommanderais à tous ceux qui aiment les trucs un peu glauque et sanglant. Par contre autant vous dire tout de suite qui si la seule vue de sang vous effraie mieux vaut vous éloigner. En attendant je compte bien poursuivre mon exploration de l’univers d’Hannibal en lisant les livres.
    La série reviendra en 2014 avec une saison 2 en attendant Canal+ s'apprêterait à diffuser la première saison sur nos écrans prochainement. 

    Je vous propose un petit trailer pour vous faire une idée (je vous proposerais aussi bien la version coréenne hilarante mais c'est pas très sérieux tout ça): 


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :